Semiosis, Sue Burke

Les éditions Albin Michel ont acquis pour leur département éditorial Albin Michel Imaginaire les droits du premier roman de Sue Burke : Semiosis.

//

« Cette histoire de premier contact est extraordinaire. » Library Journal

« C’est de la science-fiction de haut-vol, et j’ai aimé chacune de ses pages. » Adrian Tchaikovski, auteur de Dans la toile du temps

« Tout à fait le genre d’histoires pour lequel la science-fiction a été inventée. » James Patrick Kelly, plusieurs fois lauréat du prix Hugo.

 

Le roman :

Ils sont cinquante – des femmes, des hommes de tous horizons. Ils ont définitivement quitté la Terre pour, au terme d’un voyage interstellaire de cent soixante ans, s’établir sur une planète extrasolaire, qu’ils ont baptisé Pax. Ils ont laissé derrière eux les guerres, la pollution, l’argent, pour se rapprocher de « la nature ». Tout recommencer. Retrouver un équilibre définitivement perdu sur Terre. Construire une Utopie.

Mais avant même de fonder leur colonie, des drames mettent à mal leur idéal. Avarie sur une capsule d’hibernation, accident d’une des navettes au moment de l’atterrissage. Du matériel irremplaçable est détruit. Les morts s’accumulent.

La nature est par essence hostile et dangereuse ; celle de Pax, mystérieuse, uniquement végétale, ne fait pas exception à la règle.

Pour survivre, les colons de Pax vont devoir affronter ce qu’ils ne comprennent pas et comprendre ce qu’ils affrontent.

Le site du roman

Méticuleuse description de la colonisation d’une planète aussi dangereuse que chatoyante, Semiosis est le premier roman de Sue Burke. Un planet opera dont la beauté et l’intelligence ont été saluées par David Brin, Emma Newman, Adrian Tchaikovski et James Patrick Kelly. Semiosis est aussi un exemple de science-fiction ambitieuse mais accessible qui n’est pas sans évoquer Avatar de James Cameron et Nausicaä de la vallée du vent de Hayao Miyazaki.

 

L’auteure :

Sue Burke a travaillé comme journaliste et éditrice pour de nombreux journaux et magazines. Longtemps installée à Madrid, elle a notamment traduit en anglais Prodigies d’Angélica Gorodischer.

Le site de l’auteure

Quelques critiques VO :

Publisher’s weekly

Kirkus

The BiblioSanctum

A qui s’adresse le livre :

Aux lecteurs de science-fiction qui aiment les histoires de colonisation, de planète étrangère, de flore extraterrestre. Qui sont attirés par une science-fiction à la fois plausible et capable de les emmener très loin de la Terre.